AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I can't sleep in the wake of saturday || Maman ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



✗ MESSAGES : 42


JUST THE WAY YOU ARE
You & me:
Things to do:


MessageSujet: I can't sleep in the wake of saturday || Maman ♥   Lun 30 Jan - 17:57



L'enfance. Son inconscience et sa joie de vivre. L'enfance était une période que tous le monde regrettait une fois l'âge adulte atteint, car les complications arrivaient bien trop rapidement et bien trop nombreuses : peines de cœur, factures à payer, emplois difficile, propriétaires véreux, j'en passe et des meilleures. Chacun avait sa manière d'appréhender la vie avec sa vision, son idéal, mais tous s'accordaient à dire que l'enfance leur manquait, que les jeux entre amis revenaient en tête aux moment où il avaient le plus de mal à s'accrocher dans leur vie active. La petite Peyton Stevenson avait de la chance d'en être encore à ce stade, sans soucis autre que de savoir si elle pourra jouer avec telle ou telle copine et i a robe lui donne l'air d'une princesse. Quelle belle vie n'est-ce pas ?
Mais la vie d'une enfant de son âge n'est pas toujours évidant... pour les autres ! En effet, chaque week-end où la belle petite blonde n'avait pas école, elle était bien plus réveillée que le reste de la semaine où elle traînait les pieds pour partir de sa maison et quittait sa mère pour une maîtresse qu'elle trouvait un peu trop vieille et « pas belle ». et ce matin là ne faisait pas exception. Debout autour de huit heures du matin, la jeune fille était déjà en train de jouer avec ses peluches dans son lit pour se réveiller. Mais très vite, la faim se fit sentir. Et comme toujours, elle avait une idée bien précise de la personne qui pouvait combler ce creux dans son estomac.

« MAMAN !! » appela-t-elle.

... A peine une minute passa et, comme Peyton n'avait pas de réponse, elle se leva pour aller vers la chambre de sa mère, son doudou lapin à la main. De ses petites mains la blondinette ouvrit la porte, doucement, et alla vers le lit où dormait profondément Faustine. Peyton s'agenouilla au bord du lit, sa tête au niveau de celle de sa maman. Et elle murmura :

« Maman ! ... Tu dors ? Puis, un peu plus fort pour la réveiller : « Maa-maaan !!! Lapin à faim, il veut que tu nous fasse des toasts.

Toujours la faute du lapin, bien entendu. Ah ces enfants ont une imagination plus que débordante pour arriver à leur fins... Comme la belle au bois dormant ne daignait pas ouvrir les yeux, Peyton lui posa son doudou sur la tête en s'accoudant au lit, attendant de voir ce qui allait se passer.
La demoiselle espérait que sa maman allait se lever très bientôt, car même si elle était adorable, il lui arrivait parfois de se mettre à faire un caprice des plus bruyant pour avoir l'attention de la dormeuse i elle mettait trop longtemps à sentir près d'elle. L'enfant savait que sa mère allait à l'école comme elle la semaine, mais même en sachant qu'elle n'avait pas une vie de repos, elle ne lui permettait nullement de prendre un samedi matin pour dormir et se ressourcer. Non, quand Peyton était levé, elle aimait qu'on la chouchoute, surtout quand il s'agissait de sa mère qu'elle aimait par dessus tout. C'est pour cela qu'elle la levait le matin, pour passer du temps avec elle. Car sinon, elle aurait très bien pu aller voir sa tante, mais non, c'était Faustine qui avait la priorité même les samedi.

_________________

« Ma maman est une maman comme toutes
les mamans, mais voilà c'est la mienne »
Je t'aime fort ♥️


Dernière édition par Peyton J. Stevenson le Mar 31 Jan - 15:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✗ MESSAGES : 72


JUST THE WAY YOU ARE
You & me:
Things to do:


MessageSujet: Re: I can't sleep in the wake of saturday || Maman ♥   Mar 31 Jan - 7:39



Faustine dormait profondément savourant avec plaisir ce samedi matin, seul jour avec le dimanche où elle pouvait faire la grasse matinée. La jeune femme avait une vie assez chargée. Entre ses cours de droit, son boulot à mi-temps et l’éducation de princesse, elle n’avait généralement pas beaucoup de temps pour se reposer et encore moins à se consacrer. Elle avait l’impression d’être toujours à 100 % et de ne jamais se reposer. Alors, en général, le week-end, elle adorait faire la grasse matinée. Mais, ce n’était pas chose facile. Parce que sa petite fille, elle, n’aimait pas les grasses matinées du week-end et ne la laissait que rarement dormir de tout son soul. Elle aimait qu’on s’occupe d’elle dès son réveil, que ce soit pour jouer ou pour lui préparer un bon petit déjeuner. Parfois, Lily s’en occupait, sachant à quel point sa sœur était fatiguée, mais la jeune femme elle aussi avait besoin de repos. De toute façon, Peyton préférait réveiller sa maman.

D’ailleurs, soudain, une petite voix tout près de son oreille se fit entendre. « Maman ! ... Tu dors ? » Un soupir. Faustine se retourna, les yeux toujours fermés, espérant que cette petite voix se tairait. Mais non. « Maa-maaan !!! Lapin à faim, il veut que tu nous fasse des toasts. » La petite fille avait haussé le ton et Faustine avait entrouvert un œil, apercevant alors l’heure sur son réveil. 8h. Un samedi matin. No way. Elle referma les yeux, faisant mine d’ignorer son bout de chou qui débordait toujours d’énergie le week-end. Surtout le matin. Et bien évidemment, plutôt que d’aller réveiller sa gentille tata, non, elle venait une fois de plus voir sa maman. Elle sentit soudain un poids sur sa tête. Elle passa une main dans ses cheveux et tomba alors sur le doudou de sa fille. Pas le choix, elle devait se réveiller. Elle se retourna donc vers sa jolie petite fille et lui fit un sourire encore endormi. « Peyton, on est samedi matin. Tu veux ma mort ?» La petite fille lui lança un petit regard intrigué, ne comprenant sans doute pas ce que la jeune fille voulait dire et Faustine rit devant son air perplexe. Elle tapota ensuite sur son lit, et s’écarta pour laisser de la place à la fillette. « Je ferais des toasts pour Lapin dès que tu m’auras fait un gros câlin.» Elle prit le fameux Lapin, et le posa à côté, pendant que Peyton grimpait près d’elle.

Elle ne put retenir un bâillement, encore fatiguée par la soirée d’hier. Elle était retournée au bar, là où elle avait l’habitude de chanter quelques soirs par semaine pendant que Lily, sa sœur, se chargeait de garder sa jolie petite fille. Ca faisait un moment qu’elle n’avait pas chanté et elle devait avouer que reprendre le boulot lui avait fait du bien. Depuis l’agression, elle n’avait pas remis les pieds au bar et elle avait du vraiment prendre sur elle pour y retourner. Mais, elle adorait chanter, alors très vite, ce petit boulot lui avait manqué, et elle avait effectué un travail sur soi pour pouvoir retrouver une vie à peu près normale. Et puis bon, elle avait besoin d’argent. Bien que ses parents soient assez riches, elle n’aimait pas dépendre entièrement d’eux, et voulait tout faire pour être capable de s’assumer, elle et Peyton, plus tard. La petite fille la rejoignit dans le grand lit qu’elle occupait et se blottit contre elle, la sortant de ses pensées. Elle eut un sourire en la serrant contre elle. Bien sûr, devenir mère si jeune ne faisait pas partie de ses plans, mais elle ne regrettait en rien cet adorable bout de chou qui avait donné un sens à sa vie. Elle faisait son bonheur depuis plusieurs années déjà, et elle ne voyait plus sa vie sans elle. Elle déposa un bisou sur son front, et ébouriffa ses jolis cheveux châtains. « Mon petit trésor …»

_________________

    " Peut-être que le conte de fée c'est tout simplement de savoir tourner la page ... Ou peut-être que le conte de fée, c'est le fait qu'en dépit de tous les appels retournés, de tous les cœurs brisés, qu'en dépit de toutes les gaffes et les signes mal interprétés et qu'en dépit de tous les chagrins et les humiliations, le conte de fées c'est que vous n'ayez jamais, jamais perdu espoir. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✗ MESSAGES : 42


JUST THE WAY YOU ARE
You & me:
Things to do:


MessageSujet: Re: I can't sleep in the wake of saturday || Maman ♥   Mar 31 Jan - 15:22

La petite puce ne baissait jamais les bras lorsqu'elle cherchait l'attention de a mère. Si la parole ne suffisait pas, elle pouvait très bien la pousser un peu, lui soufflé sur le visage ou, comme c'était le cas ce matin, lui poser sa peluche sur la tête. Et ça la faisait rire de voir sa maman avec un lapin sur la tête, elle en souriait à pleine dents en espérant que cela ferait se réveiller sa maman. Après tout, la jeune femme faisait bien en sorte que sa progéniture soit réveillé tous les matins de la semaine, pourquoi ce ne serait pas son tour, hein ? En tous les cas, ça semblait marcher car Faustine esquissa un geste pour retirer la peluche de sur son crâne et se retourna. « Maman ! » fit l'enfant avec un large sourire. Enfin ! Elle avait ouvert les yeux et lui parlait. Bon, sa voix était très ensommeillée, mais peut importe pour Peyton, elle avait réussit à capter l'attention de sa mère et c'était tout ce qui lui apportait.
Vouloir sa mort ? La petite fille fit une moue d'incompréhension, ne sachant pas réellement ce qu'était la mort à son âge. Elle en avait entendu parlé, elle savait que ça signifiait que les gens partait et ne revenaient pas à ce qu'on disait, sa grand-mère en avait parlé une fois, mais elle ne voyait pas le rapport entre des toasts et ça. Sa maman n'allait pas partir alors pourquoi dire cela ? Fronçant le sourcils en pinçant les lèvres était pour elle un moyen de faire passer comme message que Faustine devait s'occuper d'elle au lieu de dire des choses qu'elle ne comprenait pas.

« Je ferais des toasts pour Lapin dès que tu m'auras fait un gros câlin. »

Un câlin ? Alors là, il ne fallait pas le dire deux fois ! La petite princesse était un de ces enfants Bisounours toujours accroché à leurs parents, aimant cette tendresse. Outre le fait que cela amènerait des toasts, Peyton adorait être dans les bras de sa mère, c'était une bulle chaude remplie d'amour entre elles deux qui ne pouvaient se passer l'une de l'autre. Comment refuser une telle chose !? La petite fille grimpa alors sur le lit et se jeta délicatement dans les bras de sa mère en attrapant son cou pour la serrer contre elle. Comme c'était bon d'être là, tel la petite fille aimée qu'elle était, blottit contre celle qui lui avait donné la vie. Peyton jouait avec les cheveux de sa maman tandis que celle-ci l'embrassait tendrement. « Tu m'a décoiffé. » dit l'enfant en secouant la tête d'un air rieur. Pour la peine, le demoiselle fit la même chose dans les cheveux de sa mère avant de s'accrocher fortement à elle. Elle déposa alors un énorme baiser sur la jouer de Faustine qui sourit.

« Maman, je t'aime fort comme ça ! » dit-elle sans se décoller d'elle. Un jour elle finirait par l'étouffer à force de la serrer (lol).
Elle la relâcha alors et la regarda de son petit air coquin. « En fait je t'ai fais une blague ! Lapin peut pas manger, regarde il a pas de bouche ! » Elle lui mit la peluche sous le nez. « Je t'ai eus hein !! tu m'as cru !!? »

Elle pensait sincèrement avoir fait marcher sa mère. Elle aimait la faire rire. Surtout que, il n'y a pas si longtemps, Faustine avait plus fatiguée et moins enclin à jouer avec elle, sûrement des problèmes de grands. Alors Peyton faisait l'andouille pour que sa maman redevienne souriante et l'aime encore plus fort. Peut-être sans le comprendre vraiment, elle pensait qu'elle devait le faire, même sans savoir ni appréhender le choses comme il se doit, aux vues de son jeune âge. Mais jouer, elle savait faire !

_________________

« Ma maman est une maman comme toutes
les mamans, mais voilà c'est la mienne »
Je t'aime fort ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✗ MESSAGES : 72


JUST THE WAY YOU ARE
You & me:
Things to do:


MessageSujet: Re: I can't sleep in the wake of saturday || Maman ♥   Ven 3 Fév - 7:15

Faustine aimait plus que tout sa fille, sa jolie petite princesse Peyton. Mais certains jours, elle avait envie de l’étriper. Comme aujourd’hui par exemple. Samedi matin, 8h. La petite fille, bien incapable de tenir en place les matinées de week-end, adorait venir réveiller sa maman qui n’avait que ces jours-là pour se reposer et profiter de grasses matinées apaisantes. Bien qu’une autre personne soit présente dans leur villa, à savoir Lily-Rose, la sœur de Faustine, Peyton préférait réveiller sa mère à coups de petits coups, de souffle chaud dans le cou, ou encore aujourd’hui, son doudou posé sur la tête de la brunette endormie. Ce qui bien sûr eut pour effet de faire ouvrir les yeux à la jeune mère. Elle se retourna, désireuse d’échapper à ce réveil un peu trop brutal à son goût, mais la petite Peyton n’avait pas dit son dernier mot. Elle cria, du moins c’est comme ça que Faustine le ressentit, que Lapin avait faim. Lapin, qui était toujours sur sa tête, gisant abandonné. Elle n’eut pas d’autres choix que d’abdiquer et de se retourner vers son de bout de chou qui la regardait, les yeux plein d’espoirs. Elle exigea alors un câlin en échange des toasts à Lapin. C’était toujours cinq minutes de plus dans son lit douillet. Et puis, la jeune maman adorait ça. Elle savourait ces matins tendresse avec sa petite fille chérie. Rien de plus agréable que la serrer fort contre elle et rester comme ça pendant quelques minutes.

Elle avait la chance d’avoir un de ces enfants qui raffolaient des câlins et passaient leur temps accrochée aux jambes de leur mère. Elle aimait que sa petite fille soit si câline et elle devait avouer que rien ne la réconfortait autant qu’un bisou de son bout de chou lorsqu’elle avait le moral à zéro. C’était ça le bonheur d’avoir un enfant. Quelqu’un qui prenait une place si grande dans votre vie que plus rien ne comptait autant que ce trésor de la nature. Faustine ne se serait jamais crue si maternelle et si pleine d’amour avant que Peyton pointe le bout de son nez. Elle se rappelait encore de la première fois qu’on lui avait mis ce beau bébé dans les bras après des heures et des heures de douleur. Elle s’était sentie apaisée. Plus rien n’importait sauf ce petit être qui elle le savait allait désormais compter plus que tout. A ce moment-là, elle avait compris le sens de la vie. Rien n’était plus beau que la maternité, et elle le répétait à qui voulait l’entendre. Bien sûr, devenir mère si jeune avait parfois quelques inconvénients mais la jeune femme le vivait bien. Elle avait dû renoncer très vite à avoir une vie sociale identique à ses amis. Finies les soirées à picoler, à s’amuser entre copines. Finies de se lancer dans des relations sans vraiment y réfléchir. Maintenant, ses choix, elle devait les prendre aussi en fonction de sa petite fille. Ses amis lui reprochaient souvent de ne pas pouvoir se joindre à eux mais en même temps, ils étaient complètement gagas de cette magnifique fillette et ne ratait pas une occasion de venir la voir. Ladite fillette la regardait d’ailleurs avec ses beaux yeux, regard hérité de son papa, et lui fit un petit sourire, tendrement blottie contre elle. « Maman, je t'aime fort comme ça ! » Faustine lui sourit tout en caressant ses cheveux et lui fit un gros bisou en la serrant contre elle. Elle la trouvait tellement mignonne qu’elle aurait pu la couvrir de baisers. « Et moi, je t’aime encore plus fort que ça ma chérie.»

La gamine se détacha alors d’elle et la regarda avec un petit air mutin. « En fait je t'ai fais une blague ! Lapin peut pas manger, regarde il a pas de bouche ! » Elle brandit victorieusement Lapin devant Faustine qui rit devant la mine ravie de la fillette, persuadée bien entendu que sa mère avait totalement gobé cette histoire de Lapin qui voulait manger des toasts. « Je t'ai eus hein !! tu m'as cru !!? » Faustine s’empara de Lapin et le regarda, mimant un air de grande surprise. Elle le regarda de plus près, faisant ainsi rire Peyton qui reprit ensuite son doudou de sa petite main possessive. « Oh Lapin ne peut pas manger ? Ca alors ! Tu m’as bien eu fillette ! » Elle rit, et la fillette la regarda ravie. Elle adorait faire l’andouille pour faire rire sa maman, et en général ça marchait plutôt bien. Ses blagues, ses mimiques, … Faustine était bon public. Elle bailla alors, et s’étira. « Bon bah si Lapin ne peut pas manger, je n’ai pas besoin de me lever pour faire des toasts. Je peux redormir alors.» Elle se tourna sur le côté, fermant les yeux, mimant à la perfection l’endormissement rapide sous le regard désorienté de la petite Peyton qui ne s’attendait certainement pas à ce que sa maman abandonne l’idée des toasts. Mais connaissant la fillette, elle n’allait pas oublier ce bon petit déjeuner du week-end. Faustine était reconnaissante envers sa fille d’être si facile, si douce et si gentille. Parfois, elle avait l’impression que quand elle ne se sentait pas bien, la petite fille le sentait et faisait en sorte de ne pas trop en demander à sa maman. C’était vraiment la petite fille parfaite. Sans aucune doute.

_________________

    " Peut-être que le conte de fée c'est tout simplement de savoir tourner la page ... Ou peut-être que le conte de fée, c'est le fait qu'en dépit de tous les appels retournés, de tous les cœurs brisés, qu'en dépit de toutes les gaffes et les signes mal interprétés et qu'en dépit de tous les chagrins et les humiliations, le conte de fées c'est que vous n'ayez jamais, jamais perdu espoir. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✗ MESSAGES : 42


JUST THE WAY YOU ARE
You & me:
Things to do:


MessageSujet: Re: I can't sleep in the wake of saturday || Maman ♥   Dim 5 Fév - 14:23

Chaque moment passé ensemble était un moment merveilleux pour la mère et la fille. Elles étaient proche à un point que nul ne pourrait comprendre si l'on a pas d'enfant. Faustine avait beau avoir eu sa fille très jeune, elle ne ne semblait pas considérer cela comme une souffrance ou une entrave quelconque à sa vie. Elle pouvait suivre sa scolarité comme Peyton le faisait pour elle, sortir ne lui était pas interdit puisque la jeune femme avait le soutien de sa sœur qui vivait dans la même maison, et de ses parents. Et on ne pouvait pas dire que Peyton était une enfant trop difficile. Bien sûr, pour elle, être avec sa mère toute une journée était la chose la plus merveilleuse tant elle détestait se séparer d'elle, mais lorsque la séparation se faisait, après quelque larmes et cris, la petite fille se calmait et partait s'occuper jusqu'au retour de sa mère, pensant à elle tout en pouvant jouer avec ses camarades ou sa famille. Leur dépendance l'une à l'autre était moins forte que lorsque l'enfant était plus jeune, réclamant une attention constante de la part de sa mère. Aujourd'hui, elle marchait, parlait – un peu trop parfois – et savait faire plusieurs choses seule, ce qui soulageait un peu l'âme de tout le monde. La seul chose que Peyton ne savait faire, c'était dormir le samedi matin...

Le prouvant encore une fois à grand coup d'embêtement, Faustine n'eut d'autres choix que d'écouter son enfant, même si sa fatigue était plus forte. La petite était ravie d'avoir l'attention de sa mère, encore plus depuis qu'elle lui avait dit de venir dans ses bras. Comment refuser une étreinte de la personne que l'on aime le plus au monde ? Jamais la petite princesse n'aurais sût refuser cela à sa maman, elle l'aimait tant et faisait tout pour le lui montrer par ces gestes si simple qu'étaient de doux baisers, ou d'énormes câlins à s'en étouffer si la gamine avait plus de force en elle. Savoir que la grande brune l'aimait faisait naître sur le visage de Peyton un sourire si radieux qu'il en ternirait l'éclat du soleil !
Relâchant sa maman, la demoiselle en vint à cette petite blague concernant le Lapin en peluche. Blague qui se retourna très vite contre elle sans qu'elle ne s'y attende. En effet, si au début le fait d'avoir pseudo-réussit à berne sa mère la faisait rire, ce qui suivit ne lui plut guère... « Bon bah si Lapin ne peut pas manger, je n’ai pas besoin de me lever pour faire des toasts. Je peux rendormir alors.» Que répondre à cela ? Peyton était bouche bée de voir sa maman se retourner pour se rendormir. Elle y croyait vraiment à cette farce que lui jouait sa génitrice. « Maman... ? » appela la petite, complètement choquée par un sommeil si rapide et profond.

L'enfant se pencha par-dessus Faustine qui semblait dormir et observa son visage un instant tout en l'appelant. « Maman ? Dors pas ! » dit-elle en faisant la moue, mi en colère, mi triste. Comment pouvait-elle sombrer dans le sommeil alors que sa fille avait faim ? La petite se posait cette question dans on propre langage intérieur. Puis, ce visage triste se renfrogna d'avantage. « Maman !!! Mais moi j'ai faiiiim !!! Aller ! Lève toi !! » dit-elle en la posant ses petites mains sur le crâne et l'épaule de sa mère, poussant de sa petit force pour la faire bouger. L'enfant se sentait berner et ne tarderait pas à s'énerver... « Hiiiiiiii !!!! Mama !!! Ven conmigo !! » lâcha-t-elle en espagnol, se souvenant que lorsque sa grand-mère lui disait cela, elle avait plutôt intérêt de rappliquer vite fait. La mamie de Peyton étant Mexicaine, elle parlait par réflexe dans cette langue quelques fois et cette phrase lui disant de venir était devenue quelque chose que la gamine avait apprit. Ça la faisait rire d'entendre les gens dire cela, mais c'était encore plus « joli » de le dire, pensait-elle. Après cette phrase elle attendit une réaction de sa maman, mimant un air boudeur, es yeux perçant fixant Faustine. Elle connaissait un autre mot pour la faire réagir, mais pas un très joli d'après la grand-mère. (lol)

_________________

« Ma maman est une maman comme toutes
les mamans, mais voilà c'est la mienne »
Je t'aime fort ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✗ MESSAGES : 72


JUST THE WAY YOU ARE
You & me:
Things to do:


MessageSujet: Re: I can't sleep in the wake of saturday || Maman ♥   Mer 8 Fév - 8:13

Beaucoup des amis de la jeune femme lui demandait souvent si ce n’était pas trop difficile à gérer, cette petite fille alors qu’elle était encore elle-même une enfant au fond. Elle avait grandi plus vite que prévu avec l’arrivée de sa petite Peyton et pourtant, elle ne regrettait rien. Et, c’est ce qu’elle répondait à tout le monde. « Peyton n’est en rien une erreur dans ma vie. Elle est le fruit d’un amour qui m’a marquée, m’a changée et transformée. Je ne regretterais jamais la naissance de ce bout de chou parce qu’à chaque fois que je vois son sourire, je me sens fondre, et j sens que enfin, j’ai trouvé le sens de la vie. Alors, oui, je ne peux peut-être pas mener la même vie que vous, profiter autant que vous de ma jeunesse, mais c’est pas grave. Parce que pour moi, il n’y a pas plus grand bonheur de me réveiller chaque matin et de contempler ses yeux plein d’amour.» Voilà, ce qu’elle répondait à tous les gens qui lui demandait ça. Et au final, elle savait que certaines de ses copines l’enviaient. Il faut dire que Peyton était un amour de petite fille. Toujours souriante, rarement boudeuse, elle faisait tout pour satisfaire sa maman et la faisait même rire aux éclats. Et puis, maintenant, elle se débrouillait pas mal toute seule. Son seul petit caprice était l’attention qu’elle exigeait chaque samedi matin, désireuse de passer du temps avec sa maman pour se rattraper de la semaine où elles se voyaient moins, étant toutes les deux à l’école et sa maman bossant quelques soirs pendant qu’elle dormait sagement.

Alors comme à son habitude, la petite vint se glisser dans la chambre de sa maman en ce samedi matin, lui murmurant de se lever pour faire des toasts à Lapin qui avait faim. Comme la jeune femme ne réagissait pas, elle posa ledit Lapin sur sa tête, ce qui l’amusa beaucoup, et elle appela un peu plus fort sa maman, qui se retourna, refusant d’ouvrir les yeux. Mais, la petite était bien plus têtue qu’elle, et bientôt, elle se retrouva nichée dans les bras de Faustine, tendrement blottie contre elle, les deux savourant pleinement ce matin tendresse qu’elles aimaient tant. Faustine adorait câliner sa fille, et heureusement pour elle, la fillette ne disait jamais non pour un câlin. Après quelques minutes sereines passées comme ça, Faustine se rendormant presque, la petite vint alors lui rire au nez, lui avouant malicieusement que Lapin n’avait pas faim en fait puisqu’il ne pouvait pas manger. Ca la faisait bien rire, et elle rit encore plus lorsqu’elle vit Faustine mimer la surprise, comme si elle était tombée dans le piège. Et pour embêter son amour de petite fille, elle lui dit alors qu’elle pouvait se rendormir puisqu’elle n’avait plus besoin de faire des toasts à Lapin. Et elle se tourna, mimant alors d’être tombée dans un sommeil plus que profond. Elle étouffait le rire qui lui venait d’imaginer la tête désappointée de la gamine, voyant sa plaisanterie se retourner contre elle. Elle sentit le souffle de la fillette sur elle, devinant qu’elle s’était penchée pour voir si sa maman s’était vraiment rendormie. « Maman ? Dors pas ! » Faustine ne réagit pas, continuant de mimer le sommeil, mais se retenant difficilement de rire. Elle connaissait les expressions de sa fille et pouvait deviner à cet instant qu’elle avait sa moue boudeuse, renfrognée. Et la petite n’allait pas lâcher prise. « Maman !!! Mais moi j'ai faiiiim !!! Aller ! Lève toi !! » Ses petites mains se posèrent sur elle pour la faire bouger, et Faustine ouvrit un œil, puis l’autre, regardant paresseusement sa fille. « Bah, tout à l’heure, c’était Lapin qui avait faim. Mais puisqu’il ne peut pas manger, pas besoin de faire des toasts, si ?» Elle faisait exprès de continuer ce petit jeu, sachant que ça allait énerver la fillette mais qu’elle finirait par rire de tout ça lorsqu’elle serait devant son assiette de toasts. « Hiiiiiiii !!!! Mama !!! Ven conmigo !! » Faustine éclata de rire, se souvenant qu’elle imitait sa propre mère qui avait tendance à utiliser l’espagnol quand elle était énervée. « Hablas espanol chica ? Muy bien. Me voy, me voy. No te preocupas.» Sa petite fille apprenait l’espagnol avec sa grand-mère et comprenait donc quelques mots sans problèmes. Faustine finit par se redresser, au grand plaisir de la fillette. « Moi aussi, j’ai très, très faim … Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir manger ? Une patte de Lapin ?» Elle s’empara du doudou de la fillette faisant mine de grignoter sa patte avant de le relacher et de saisir la petite menotte de son trésor. « Ou une main de petite fille, bien tendre, miamm !!! » Faustine adorait embêtait Peyton, et en général cette dernière rigolait bien, sauf lorsqu’elle avait faim. Ca la mettait toujours de mauvaise humeur.

_________________

    " Peut-être que le conte de fée c'est tout simplement de savoir tourner la page ... Ou peut-être que le conte de fée, c'est le fait qu'en dépit de tous les appels retournés, de tous les cœurs brisés, qu'en dépit de toutes les gaffes et les signes mal interprétés et qu'en dépit de tous les chagrins et les humiliations, le conte de fées c'est que vous n'ayez jamais, jamais perdu espoir. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✗ MESSAGES : 42


JUST THE WAY YOU ARE
You & me:
Things to do:


MessageSujet: Re: I can't sleep in the wake of saturday || Maman ♥   Dim 19 Fév - 14:31

C'était un matin des plus mouvementés pour les deux Stevenson. Il n'y avait que cette gentille tante qui pouvait profiter d'un sommeil réparateur, Peyton ayant décidé d'embêter sa maman chéri, ce matin. C'était le propre des enfants, de faire mine de ne pas vouloir se lever en semaine, lorsqu'il y avait école, et d'être au contraire bien réveillé à l'aube quand le weekend était là et qu'il était fait pour se reposer. Mais ça, je crois qu'aucun enfant avant ses dix-huit ans ne devait comprendre, car oui, il était toujours plus sympathique de se lever quand on a rien à faire de précis ni d'urgent, plutôt que d'être dans un empressement stressant pour les nerfs, se dépêchant pour boucler le sac, les vêtements, le petit déjeuner, les devoirs pour certains qui ne les finissaient pas la veille. Tout était prétexte à vouloir rester au lit vu le rythme des journées de chacun, qu'ils aient trois ou treize ans, c'était pareil. Et Peyton, elle, aimait tellement profiter du samedi et du dimanche pour voir sa mère et rester dans ses jupes qu'elle aimait se lever - et la faire se lever - tôt pour passer une journée entière avec elle. Il arrivait qu'elles se disputent quand la petite faisait une bêtise, mais très vite cela repartait en jeu et elle n'aurait échanger ça pour rien au monde. Sauf que là, l'une des deux ne semblait pas enclin à faire démarrer cette journée.

La jeune maman faisait l'andouille pour embêter sa fille qui n'attendait qu'une chose : le petit déjeuner. Faustine mimait de s'être rendormi, laissant une petite fille abasourdie à la vue de ce spectacle. Elle commençait à se demander si elle avait bien fait d'utiliser sa peluche pour prétexter que sa mère se lève, vu le résultat. Elle essaya de faire se lever sa mère, la secouant en espérant une réaction de sa part. L'enfant tait désemparée de ne pas trouver de réponse positive à sa demande. Bien sûre, il était très tôt, mais pour Peyton, si elle avait décidé que l'heure, c'est l'heure, il n'en allait pas autrement. Elle ne savait pas lire l'heure de toute manière, donc pour elle il était largement le temps de se lever et de manger. Se couchant à moitié sur sa mère pour voir si elle allait ouvrir un œil, elle fut choqué d'entendre sa mère prétexte qu'il n'y avait « pas besoin de faire toats, si ? » Bien sûr que si !! A voir le visage de la petite fille, on aurait pu dire qu'elle était contrariée, perdue et en colère du fait de voir sa mère somnoler. Alors que tout espoir semblait perdu Peyton, excédée par ce jeu, se mit à lui crier de venir, en espagnol. Heureusement qu'elle écoutait sa grand-mère lorsqu'elle lui donnait des ordres et cette phrase là, avec cette intonation, semblait très crédible dans la voix d'un adulte auquel Peyton obéissait instantanément. Mais là, dans sa bouche à elle, son expression désespérée et sa bouille d'enfant firent craquer Faustine qui se mit à rire. Ce n'était pas vraiment l'effet que l'enfant recherchait et elle aurait pu prendre sa mère pour folle de s'esclaffer à cette phrase. « Hablas espanol chica ? Muy bien. Me voy, me voy. No te preocupas.» répondit la jeune femme du tac-au-tac, ce qui surprit quelque peu sa fille. Pour elle, l'espagnol était une jolie langue qui servait à exprimer ses désirs intense car souvent sa grand-mère l'employait quand elle s'énervait contre quelque chose ou quelqu'un et qu'il fallait obéir. Sur ce coup là, la petite n'avait pas tout comprit mais elle sourit d'entendre sa mère parler ainsi, elle avait une si jolie voix.

« Chica ! Chica ! Siii !! » lâcha la jeune fille en tapotant les joues de sa maman, trouvant ce mot très drôle. Faustine finit par avouer sa faim et sa progéniture s'imaginait déjà se rendre à table pour déguster un bon petit déjeuner préparé avec amour. Mais elle était bien loin du compte, en effet, car autant elle était joueuse, autant elle tenait bien ça de quelqu'un, hein ! Et c'était vraiment de sa mère, au vue de son envie de faire grogner la petite princesse. Une patte de lapin ? Peyton grimaça. « Non, des toats.. » gémit-elle. Mais Faustine l'agrippa alors prétextant dévorer sa main. L'enfant se mit à remettre un cri perçant en se débattant, moitié amusé par les chatouillis provoqués par sa maman, moitié rageant. Elle n'était pas un goûter après tout, et elle avait faim, elle. Vraiment faim, avec tout ce qu'elle faisait depuis ce qui lui semblait des heures pour réveillé sa mère. « Mamaaaan !! Nan ! Arrêteeuuuh !! » couina-t-elle en se débattant pour s'extirper de l'étreinte de la jeune femme. Cette fois, elle était de mauvaise humeur et exprima cela par de petits gémissements, attrapant le bras de sa mère pour la faire cesser de la "manger". ce n'était plus très drôle et Peyton, ne sachant que faire, planta ses dents dans le bras de sa mère, non pour lui faire mal, simplement pour lui faire comprendre qu'elle savait très bien jouer à ça elle aussi. Faustine se stoppa net alors que la petite fille mâchouillait doucement son bras. Observant sa mère, la jeune fille la relâcha, laissant ainsi une trace de dents et de salive bien marqué. « Tengo hambre, mamá ! » elle faisait la moue, cherchant certainement à attendrir sa douce maman pour qu'elle vienne avec elle jusqu'à la cuisine. Elle ne voulait plus jouer et cherchait à lui faire comprendre.

_________________

« Ma maman est une maman comme toutes
les mamans, mais voilà c'est la mienne »
Je t'aime fort ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


“Contenu sponsorisé”





MessageSujet: Re: I can't sleep in the wake of saturday || Maman ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

I can't sleep in the wake of saturday || Maman ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Wake on Wan via nabaztag
» Wake on lan and bootcode
» Rabbit doesn't sleep?
» Nabaztag hazard
» FREEBOXV4 + MACOSX 10.5.4 + NABAZTAGTAG
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALKING ON SUNSHINE™ :: ATLANTA. :: Buckhead. :: villa de Faustine et Lily-Rose Stevenson.-
Sauter vers: