AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La vie c'est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber || Peyton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



✗ MESSAGES : 55


JUST THE WAY YOU ARE
You & me:
Things to do:


MessageSujet: La vie c'est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber || Peyton   Mar 7 Fév - 17:05

Peyton & Shay


J'ouvris doucement les yeux, quel jour étions-nous ? Mardi, et le mardi je ne travaillais pas, du moins, je laisser la place à mes employés. Je faisais ça quand je n'éprouvais pas l'envie d'aller travailler. Je m'étirais doucement dans mon lit, baillant aux corneilles.
Je finis par me lever au bout d'un quart d'heure de réveil. Je voulais aller un peu au parc pour me détendre un peu. Certes il faisait froid, mais tant pis, j'allais jouer un peu de guitare, et faire ce que bon me semblait. Je me rendis dans la cuisine, attrapant un bol de céréales que j'avalais d'un coup, puis je partis me doucher, et finir de me préparer.
Je sortis de la salle de bain, vêtue d'une chemise à noire à pois blanc, une cravate noire et un jeans taille basse noir également. J'avais une paire de converse complétement abimées, mais je m'en fichais. Je jetais un regard par une fenêtre, il faisait beau, tout allait bien, je n'aurais besoin que d'une simple veste en cuir.
A la cuisine, je pris un peu de poudre et l'aspirais lentement, fermant les yeux en me tenant le nez, j'avais pris l'habitude de prendre de la cocaïne, mais ça faisait toujours le même effet. Un effet d'une surprise quelconque, et bien entendu, après, tu trace ta route dans ton imagination. Je terminais ma trace et rangeais mes affaires.

Me voilà enfin au parc, j'avais la drogue qui commençait à faire un peu son effet, mais rien de très grave, elle ne me faisait quasiment plus rien. Je marchais tranquillement, guitare sur l'épaule, certaines personnes avaient le don pour me regarder bizarrement, et d'autres avaient l'air de me mater. Je ressemblais à un mec, mais ça, ce n'était qu'un détail. Certes, j'avais également une voix rauque, mais tellement sexy que ça pouvait passer.
Je finis par m'asseoir dans l'herbe, celle-ci humide et fraiche. J'aimais ce petit air frais, celui qui ne te frigorifiait pas en un instant, c'était agréable. Je pris ma guitare contre moi, et commençais à jouer quelques morceaux, les bases, notamment, Zambi de Cramberries.

C'est alors que j'aperçus une petite bouille que m'étais familière, je me levais brusquement, et m'approchais d'elle et d'une personne à coter. Je lui fis un large sourire quand elle me reconnu. « Bonjour demoiselle ! »

_________________
~~

Tu sais, toute ma vie j'ai entendue des gens me dire que je deviendrai psychopathe si je n'apprenais pas à aimer.
J'aimerai savoir ce qu'il y a d'aussi génial à aimer quelqu'un.
Parce que c'est ce que j'ai fait mais aujourd'hui on dirait qu'on m'a complètement écrabouillé le coeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✗ MESSAGES : 42


JUST THE WAY YOU ARE
You & me:
Things to do:


MessageSujet: Re: La vie c'est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber || Peyton   Dim 19 Fév - 13:55

« La vie c'est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber »
Shay G Hanniger & Peyton J. Stevenson


Aujourd'hui, il ne faisait pas très chaud, mais ça importait peu. Ce froid mordant ne dérangeait pas la petite Peyton qui débordait toujours autant d'énergie. Elle était en vacances qui plus est, alors autant dire qu'elle était sur le pied de guerre pour s'amuser toute la journée sans laisser de répit à qui que ce soit, encore moins sa mère et sa tante avec qui elle vivait. Et ce fut donc très tôt ce matin qu'elle réveilla les jeunes femmes, en quête d'un petit déjeuner copieux. La demoiselle, outre le fait de vouloir manger, désirait une tenue appropriée au temps pour avoir la chance de profiter du parc et de ces jeux qui plaisaient tant aux enfants. Comme chacun d'entre eux, Peyton adorait se perchait entre les anneaux et faire de la balançoire avec ses petits camarades qui, pour la plupart, venaient de son école. Ce fut donc une demande très importante pour la jeune fille âgée seulement de trois ans et demi, avec le demi qui compte plus que tout, la rapprochant des quatre ans sous peu.
Malheureusement pour elle, sa tante avait un travail qui ne lui permettait pas de l'emmener jouer avant au moins cinq heure du soir. Quant à sa mère, elle avait cours alors ce n'était pas le bon jour. La petite se mit à bouder « Mais je veux aller jouer dehooors !!! » hurla-t-elle sans trouver un écho réconfortant à sa demande. Se mettant à faire une moue contrarié, Faustine, sa mère, trouva une solution qui pourrait plaire à tout le monde et éviter une dispute matinale en plus de la cohue pour aller en cours. Ce fut entendu que la grand-mère de Peyton passe la prendre pour l'emmener au parc quelque heures, pouvant ainsi jouir de la présence de l'aïeul en plus de celle de ses camarades. Toute heureuse, la princesse englouti son petit-déjeuner et fila rapidement vers sa chambre, pressant sa mère qui allait être en retard.

Une fois prête, habillée et coiffée, Peyton était aux anges. Ne manquait plus que la mamie pour sortir, elle se fit donc sage en l'attendant. Lorsque la grand-mère passa la porte, le bonheur entra à sa suite et les yeux de la petite blondinette s'illuminèrent comme le roi Arthur lors de la découverte du St Graal. Tout le monde pouvait donc vaquer à ses occupations et il ne fallut pas longtemps pour que la petite fille traîne sa mère-grand dans les rues, jusqu'au parc.
Lorsque Peyton était en vacances et non sa famille, elle devenait plus capricieuse, ayant l'impression de se faire abandonner par sa maman qu'elle aimait tant. Parfois elle lui demandait pourquoi sa maîtresse ne la mettait pas en vacances comme elle, pour pouvoir passer des journées entière à profiter de sa mère. Si elle savait... Les études de sa génitrice étaient loin d'être les mêmes qu'elle et son coloriage, mais cela importait peu. Heureusement qu'elle avait la chance d'avoir des grands-parents pas loin. C'était très aidant et coûtait moins cher qu'une baby-sitter. Faustine n'avait pas vraiment les moyens de s'ajouter des dépenses en plus des siennes.

« Je veux faire du toboggan ! » s'écria la petite fille en voyant l'immense – pour elle – structure de bois et de métal. « Vas-y, mais fais attention puce, je te surveille. » répondit la grand-mère en la laissant courir vers l'attraction, surveillant du coin de l'oeil cette petite demoiselle curieuse de tout. Il en faut vraiment peu, à cet âge là, pour être heureux. Toboggans, ponts de cordes, les copines d'école, le bac à sable, la marelle, il y avait tellement de choses qu'à force, la tête tournait. Ne sachant plus trop quoi faire, la petite fille se posa un instant sur le banc près de sa grand-mère et regarda l'air de jeux. Elle avait préféré reprendre son souffle et reposer ses yeux qui voyaient trop d'amusement d'un coup. C'est comme lorsqu'elle cherchait un jouet dans son coffre, il y en avait tellement qu'elle ne savait plus où donner de la tête et souhaitait jouer avec tout et rien ne lui plaisait en même temps.
Soudain, plongé dans une réflexion intense sur le prochain jeu à faire, une voix à la fois féminine et profonde se fit entendre. La jeune Stevenson se retourna, curieuse de voir qui était la propriétaire de la voix et si elle s'adressait bien à elle. Quelle ne fut pas la surprise en découvrant le visage de Shay, la coiffeuse chez laquelle Peyton aimait aller – un peu trop souvent pour le porte-feuilles de sa mère. Regardant la femme dans les yeux, qu'elle avait tout aussi bleus qu'elle, un sourire se dessina sur son visage poupin. « Madame Shay !! » dit-elle d'une voix enjouée en tirant sur le bras de l'aïeul. « Mamie regarde, c'est ma coiffeuse ! » La grand-mère entendait parler de Shay chaque fois que la petite en revenait avec une nouvelle coupe. Elle salua donc la jeune femme avec un sourire. « Toi aussi tu viens jouer au parc ? » demanda Peyton en balançant ses pieds dans le vide.


Spoiler:
 

_________________

« Ma maman est une maman comme toutes
les mamans, mais voilà c'est la mienne »
Je t'aime fort ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La vie c'est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber || Peyton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La vie, c'est comme une boite de chocolat..
» Quoi acheter pour jouer Poulpy ?
» [Boite à idée] Vous avez envie de quoi?
» Boite Dragon shield transparente
» T'as quoi comme caisse ?????
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WALKING ON SUNSHINE™ :: ATLANTA. :: Downtown. :: Woodruff park.-
Sauter vers: